La sainteté des objets?

L'Église québécoise donne beaucoup d'importance à cette porte qualifiée de sainte.
D'abord, selon moi, croyant pratiquant et ancien catéchète, la sainteté est un qualificatif, une reconnaissance donnée à une personne pour une vie exceptionnelle et généreuse après un processus d'enquête.
Je me souviens de ce qu'on raconte dans l'Ancien Testament quand Moïse, après un séjour en montagne pour établir les règles de bonne conduite pour son peuple, les dix commandements de Dieu, a fait une «sainte colère» quant à son retour il a constaté que son peuple avait fait un veau d'or qui faisait l'objet d'un culte religieux. La porte «sainte» serait-elle l'équivalent de ce veau d'or?
Je peux comprendre que les statues, les images, les icônes aident les chrétiens à prier. J'ai de la difficulté à comprendre qu'on reconnaisse la sainteté d'une porte, si belle soit-elle.
Qui pourrait m'expliquer? Je pense que d'autres chrétiens se questionnent aussi.
André Drapeau, Saint-Roch-des-Aulnaies