.

La rue n'est pas un terrain de jeux

En réaction à la chronique «Le bruit que font les mômes» de Mylène Moisan
En réaction à la chronique «Le bruit que font les mômes» de Mylène Moisan
Le texte de Mme Moisan m'a beaucoup interpellé. J'ai 68 ans, veuf, et j'aime les enfants. Il y a deux garderies familiales en face de chez moi, et le matin, je regarde ce petit monde babiller et s'ébattre pour mon plus grand plaisir. Je me sens rajeunir. Cependant, quand Mme Moisan se fait l'écho de ces parents qui considèrent la rue comme un terrain de jeux, je suis scandalisé. La rue, c'est pour les véhicules! Combien d'enfants sont tués dans ces terrains de jeux chaque année? Faut-il se surprendre que tant de jeunes parvenus à l'âge de conduire continuent à considérer la rue comme un terrain de jeux avec les conséquences terribles que l'on connaît? Quand les adultes manquent de jugement, comment voulez-vous qu'ils le transmettent à leurs enfants? Quand on aime les enfants, on ne les «garroche» pas dans la rue.
Jean-Guy Harvey
Rivière-du-Loup