Canadian singer-songwriter Leonard Cohen, 78, performs during a concert at the Barclays Center in New York, Dec. 20, 2012. Cohen recently released his newest album, "Old Ideas." (Chad Batka/The New York Times)

La rue Leonard-Cohen

Encore sonnées par la mort du grand poète-chansonnier, certaines voix ont pourtant déjà proposé d'immortaliser le nom de Leonard Cohen, de lui «donner» un parc, une place, une rue...
Je vis non loin de la rue Amherst, laquelle porte le nom de ce baron anglais raciste, haineux à l'endroit des Canadiens français et des Autochtones. Pourquoi ne pas profiter de la mort du grand Cohen pour faire disparaître le nom de celui qui symbolise cet affront de l'histoire en remplaçant le nom d'Amherst par le nom d'un homme plein d'humanité et de respect? Leonard Cohen, anglophone et respectueux des concitoyennes et concitoyens francophones, issu des milieux privilégiés de Westmount et habitant du Plateau-Mont-Royal, grand poète reconnu mondialement et très montréalais dans son être, ses écrits et ses chansons.
Remplacer la rue Amherst par la rue Leonard Cohen amenuiserait la déchirure anglos/francos en faisant disparaître le mépris à l'avantage de l'ouverture qu'incarnait l'auteur de Hallelujah. Située dans l'est de la ville, cette nouvelle rue Leonard Cohen contribuerait, à sa façon, à favoriser l'harmonie et la paix tant célébrées par cet «oiseau sur le fil».
Normand BreaultMontréal