La question de l’isoloir

Pour ceux et celles qui hésiteront derrière le paravent, une bonne question à se poser serait : Est-ce qu’on veut préserver nos services publics?

Dès 2016, le gouvernement libéral avait un surplus budgétaire d’environ 4 milliards $ et un surplus de près de 7 milliards $ en 2018. Philippe Couillard se pète les bretelles : le Québec est riche! Or, pendant que notre argent dort dans les coffres de l’État, nous, les citoyens, sommes privés des services pour lesquels nous avons déjà payé. L’État n’est pas une entreprise : le but n’est pas de faire des profits ni d’accumuler du capital. Geler ou réduire les dépenses ne demande pas de grandes compétences en économie : ça prend juste de l’insensibilité — et beaucoup de mépris — envers une population démunie qui, elle, pendant quatre ans et demi, a dûment payé ses taxes et ses impôts.

Et on n’entend plus parler de la dette... À voir les promesses démesurées des libéraux, on constate qu’ils se moquent royalement de la dette! Les contribuables québécois devraient poursuivre ce gouvernement pour non-prestation de services (souvent urgents) en éducation et de services essentiels en santé alors que les fonds publics étaient là, disponibles.

Hélène Marquis, Québec