La quadrature du cercle

Sans consulter les intervenants du milieu touristique, l'administration Labeaume avait décidé d'abroger le règlement G1 obligeant les guides touristiques à détenir une formation adéquate et un permis pour pratiquer à Québec. C'est dans de telles circonstances qu'on réalise qu'on n'est plus dans le temps de M. le maire Jean-Paul L'Allier!
Le milieu touristique a unanimement désavoué cette décision. Devant les nombreuses critiques, la Ville de Québec a dû revenir sur sa décision d'abolir «dès maintenant» le permis obligatoire pour les guides touristiques.
Madame Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif annonce qu'elle se donne quelque cinq mois pour trouver une solution, d'ici janvier 2017, sans mettre de côté la formation des guides.«On n'a jamais remis ça en question», dit-elle. Cela peut paraître un geste de bonne foi, soit, mais attention. La Ville conteste toujours l'utilisation de permis pour encadrer les guides touristiques! Alors, comment faire? C'est comme chercher la quadrature du cercle.
Soyons sérieux, si on veut reconnaître la valeur d'une formation, celle-ci doit forcément aboutir sur une attestation, une accréditation, un diplôme, un permis. C'est vrai pour tout métier et toute profession. Comment reconnaître l'importance de la formation des maîtres en abolissant le permis d'enseigner? Comment exiger une solide formation pour nos mécaniciens en éliminant les cartes de compétence? Comment autoriser la pratique de la médecine sans demander un certificat officiel? Revenons-en au gros bon sens, s'il vous plaît!
Michel Caron, guide touristique accrédité, Québec