La porte sainte rouverte 10 ans plus tôt

Le pape François a usé de son pouvoir discrétionnaire pour décréter une année sainte de la miséricorde en 2016. Selon le Cardinal Lacroix, si le pape a décidé pour 2016, c'est qu'on ne peut pas attendre, car «la compassion, l'amour, la réconciliation, c'est un besoin du monde de notre temps».
On comprend donc pourquoi on ne pouvait attendre 10 ans. D'autre part il est difficile de ne pas s'interroger sur les motivations pécuniaires de cette démarche. En 2013-2014, lors de la première ouverture de la porte à Québec, 330 000 fidèles l'ont franchie. J'imagine que la situation est similaire pour les six autres portes saintes à travers le monde.
Yves Labelle, Québec