La peur de l'autre

C'est vrai que cela peut faire peur, tous ces réfugiés qui arrivent en Europe, comme nous le montrent chaque jour les médias.
Mais ce ne sont pas eux qui viendront ici. Ceux que le Canada accueillera sont déjà depuis plusieurs mois dans des camps de réfugiés en Jordanie ou d'autres pays proches. Ils ont fui la Syrie, l'Irak, mais ils ont surtout fui l'État islamique. Il ne faut pas oublier que ces camps sont sous la garde de l'ONU. C'est dans ces camps que le Canada CHOISIRA les personnes qui POURRONT VENIR DANS NOTRE PAYS. C'est vrai que cela peut faire peur. Mais les réfugiés, eux, ont toujours peur. 
Thérèse Boutin, Saint-Anselme
***
Les réfugiés syriens
Je n'ai rien contre le fait que des Syriens qui fuient un pays en guerre viennent s'établir ici. Je suis gêné cependant que notre pays se prépare à les transporter, les loger, les nourrir, les habiller, les soigner et j'en passe. Nous avons ici des sans-abri, des familles qui doivent fréquenter les banques alimentaires, des enfants qui vont à l'école le ventre vide, etc. Je ne comprendrai jamais qu'un premier ministre puisse bien dormir au chaud le soir alors que pas très loin de sa maison, des êtres humains dorment sur un banc de parc par - 25 °C.
Normand Bellefeuille, Saint-Nicolas
***
Ce Dieu-là n'existe pas
Chaque fois que j'apprends qu'au moment de commettre un attentat, son auteur lance le cri : «Allahu Akbar!» («Dieu est grand»), je me dis qu'un dieu qui inspire une telle haine, une telle violence à ses croyants, et qui commande d'infliger le maximum de mal aux «autres» n'existe pas. 
Michel Leclerc, Québec