La pensée magique du registre

Ça me fascine chaque fois que je lis un commentaire en faveur du registre des armes d'épaule de voir à quel point certaines personnes adoptent la pensée magique.
L'arme de Kimveer Gill, qui a fait la tuerie au Dawson College, était enregistrée. Marc Lépine (Polytechnique) possédait une arme enregistrée. Richard Bain, qui a tenté de tuer Pauline Marois, possédait également des armes enregistrées. Et qu'une arme soit enregistrée ou non, le suicide reste possible si la personne qui la possède a des idéations suicidaires.
Et même si le Québec décidait de créer un nouveau registre, il suffirait d'aller dans une autre province pour en acheter sans les enregistrer...
Le registre n'a pas freiné les crimes ni les morts par armes à feu: tout cela était déjà en baisse au moment où il a été mis en place. Les contrôles actuels sont déjà suffisants, et les armes automatiques utilisées par les criminels n'ont pas été vendues dans un magasin, car illégales.
Jean-Philippe Déry
L'Ancienne-Lorette