La patente à Bergevin et à Trudeau

Le Canadien comme le Canada sans gouvernail, au gré de la tergiversation, vacillent sans cesse.

Marc et Justin excellent dans l’art des formules creuses truffées d’incohérence, d’hésitations, de silences, disons stratégiques, reflets de leur incapacité à freiner la progression de grands problèmes de gestion. Le Canadien et le Canada enfoncés dans l’immobilisme. Observateurs et monde ordinaire témoins de ces gâchis livrent leurs états d’âme. Un mal du siècle répandu dont on perçoit souvent la présence. La contemplation à distance des problèmes, lesquels sont enracinés dans des démarches complexes, très structurées, lentes sans issue! La réflexion prudente omniprésente. Une patente administrative astucieuse qui élimine le risque de la décision audacieuse. Se cacher derrière les structures pour ne pas être imputable!

Douglas Beauchamp, Québec