La mollesse du ROC pour le bilinguisme

D’après un récent sondage, les deux solitudes au Canada perçoivent différemment l’importance du bilinguisme. Si au Québec 83 % des personnes sondées jugent que le bilinguisme a sa place au Canada, il en est autrement pour les provinces anglophones. Pour la plupart d’entre elles, l’importance du bilinguisme se situe autour de 50 % et encore moins pour les provinces de l’Ouest.

Ces positions en disent long sur le manque de respect des Canadiens anglais envers les francophones. Le comportement de Doug Ford et de ses acolytes des Maritimes et de l’Ouest ne sont que la pointe de l’iceberg d’un profond sentiment anti-francophone au Canada.

S’il y a eu une manifestation d’amour en 1995 auprès du Québec francophone de la part du ROC, ce fut un Love-in cosmétique sans lendemain. À nous d’en tirer les conclusions pour l’avenir et de nous gouverner en conséquence.

Marcel Perron, Neuville