La loi 40, terre à terre

Planifié, c’est sans doute le cas, car le ministre Jean-François Roberge en rougit en entrevue à RDI, il est clair que l’amendement tardif qu’il a apporté à sa loi 40 concernant le don de terrains par les municipalités pour construire des écoles a su faire diversion, comme désiré.

De ce fait, personne ne discute du fond de cette loi qui va modifier totalement le monde de l’éducation. On ne se souviendra que de cet élément réducteur. Bien loin de la réflexion à laquelle le rapport Parent sur l’éducation au Québec nous avait conviés dans les années 60.

Richard Gagné, Sainte-Pétronille