La liberté d’expression selon Mike Ward

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Soleil
Mike Ward, vous avez déclaré au Gala les Olivier 2019 : «On a le droit de rire de tout. La seule chose qui devrait compter, c’est le contexte et l’intention.»

Sauf votre respect, principe tordu! On aurait le droit de rire de tout, c’est-à-dire, de votre père? de votre mère? ou des parents d’une autre personne? Le «contexte», dans le cas présent, c’est de se moquer des défauts physiques d’un jeune qui trime fort pour prendre sa place dans la société. L’intention, en l’occurence, est évidente : ridiculiser très publiquement une personne en raison d’un défaut physique.

M. Ward, réfléchissez bien avant de reluquer vers la Cour suprême. Vous risquez d’être déçu, car vous vous en êtes pris à un jeune homme, entre autres choses, à son physique, du haut de votre popularité : celle-ci, nous le savons, n’est pas une garantie de légitimité. Pas sûr, d’ailleurs, que cette cour s’attarde à vous dépêtrer d’un problème personnel que vous vous êtes imprudemment créé.

Réal Nadeau, Thetford Mines