Le pape Pie XII, en septembre 1947.

La «légende noire» du pape Pie XII

(En réaction au texte «Choisissez votre salopard», paru le 19 février) Le pape Pie XII mérite-t-il sa place dans la chronique «Choisissez votre salopard» qui cite en exemple des figures historiques au passé peu enviable?
Celui que l'on accuse de n'avoir pas assez agi devant l'Holocauste avait pourtant été internationalement loué à sa mort et qualifié de «grand serviteur de la paix» par Golda Meïr, alors ministre des Affaires étrangères d'Israël. J'invite vos lecteurs et lectrices à taper «légende noire Pie XII» dans leur moteur de recherche préféré pour découvrir l'impressionnante propagande dont a été victime le pape depuis la sortie de la pièce de théâtre «Le vicaire» en 1963. Pie XII s'est exprimé sur le sort réservé aux Juifs en termes prudents à trois reprises pendant la Seconde Guerre mondiale et comme le dit l'auteur français Jean Sévillia dans le magazine Le Verbe (février-mars 2016), Pie XII a plutôt misé sur le réseau diplomatique du Vatican pour sauver des Juifs partout en Europe. Les historiens ont documenté de nombreux gestes concrets, comme la demande aux communautés religieuses de Rome de cacher les Juifs lors de l'occupation nazie. Aurait-il pu s'exprimer davantage sans empirer la situation? L'ensemble de l'oeuvre du «Pape de la paix» me permet d'en douter fortement.
Jasmin Lemieux-Lefebvre, directeur des communications, Église catholique de Québec