La langue des excuses aux Premières Nations

À la suite de la publication du rapport Viens, il était opportun que le premier ministre présente les excuses de l’État québécois aux Premières Nations et aux Inuits en français, la langue nationale et d’usage que tous les Québécois non autochtones comprennent ou sont tenus de comprendre.

Il aurait été cependant de bon aloi que M. Legault ou un autre représentant de l’État présente ces excuses en quelques mots dans les langues des membres des divers peuples autochtones du Québec.

Les exprimer en anglais comme l’ont recommandé certains chefs semble plutôt rappeler l’assujettissement de ces peuples, la langue anglaise comme la langue française étant pour eux des langues empruntées et imposées.

Benoît Bouffard

Lévis

+

NE SOYONS PAS MASOCHISTES!

De grâce, citoyens et citoyennes du Québec, ne soyons pas masochistes. Soixante-dix pour cent (70 %) des Québécois, par leur Assemblée nationale, ont adopté la loi 21 et le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, veut ouvertement la contester. «Le Québec est, aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement», disait Robert Bourassa. Montrons-lui clairement notre désapprobation par la seule façon qu’il comprendra. Québécois et Québécoises, debout! Soyons fiers de ce que nous avons décidé collectivement! 

Jacques Béland

Président émérite du Prix du mérite canadien «jeunesse-éducation»

+

POUR LE CLIMAT, VRAIMENT?

Les manifestants qui ont bloqué le pont Jacques-Cartier mardi ont trouvé une façon bien originale de réduire la pollution atmosphérique et de promouvoir la qualité de l’air : forcer des milliers d’automobilistes à demeurer immobilisés pendant des heures au même endroit, pendant que leurs moteurs tournaient. À chacun sa méthode.

Michel Leclerc

Québec