La guignolée et la réalité

Y a-t-il une date pour être un bon pauvre? Oui, la date précise de la guignolée. Car, à la guignolée, on abat les mythes et les préjugés envers les pauvres, les assistés sociaux. Ils et elles deviennent de bonnes personnes qui n’ont pas été chanceuses, tandis que le reste de l’année, elles sont paresseuses et profitent du système.

En décembre, pour se donner bonne conscience, on met de côté les préjugés.  Malheureusement, une personne assistée sociale n’est pas pauvre qu’en décembre, elle l’est tous les mois.

Mais où sont-elles le reste de l’année? Oubliées dès janvier, les banques alimentaires, derniers remparts, comblent les besoins, tandis que les mythes et préjugés reviennent en force. Prenons une bonne résolution. Résistons aux mythes et préjugés contre les personnes assistées sociales, car la pauvreté existe à l’année et elle fait souffrir autant qu’en décembre.

Rachel Lacasse, Jean-Jacques Laliberté, Éric Lapointe, Geneviève Pelletier et Véronique Salmon, pour l’Association pour la défense des droits sociaux Québec métropolitain