La facture pour Uber: 500 millions $

Incroyable! C’est ce que nous coûtera finalement la venue d’Uber au Québec après le dépôt de la loi sur l’industrie du taxi du ministre des Transports Bonnardel. La CAQ ajoute 250 millions $ de plus à l’enveloppe identique accordée par les libéraux avant les élections afin de compenser les pertes encourues par les chauffeurs de taxi à cause de la diminution de valeur des permis. Tout cela est enrobé dans une réforme de l’industrie. Même si le gouvernement se trouve riche présentement, cet argent serait plus utile ailleurs.

Réfléchissez encore, monsieur le Ministre, et écoutez les chauffeurs de taxi. Ils vous suggèrent de bonnes solutions. Cela nécessite cependant que vous sortiez de votre entêtement dans ce dossier.

Richard Gagné, Sainte-Pétronille

***

Trop-perçus et primes

Le plus choquant, pour ne pas dire enrageant, dans ces trop-perçus orchestrés par Hydro-Québec, c’est que sur le 1,5 milliard $ perçu en trop depuis 10 ans, il y a eu bien des dizaines de millions versés sous forme de primes aux employés et aux cadres. Pendant ce temps, de pauvres gens se faisaient menacer de coupures en invoquant la justice sociale envers l’ensemble des abonnés au réseau. Cette compagnie agit exactement comme si elle était privée alors qu’elle nous appartient.

Je trouve scandaleux qu’on verse des primes à des gens qui sont biens payés pour leurs services, peu importe l’entreprise. Ça devrait être illégal car ça mène à des décisions presque frauduleuses. Quiconque a déjà travaillé dans une grosse organisation où il y a des systèmes de primes sait très bien que l’administrateur-type coupe dans les investissements d’entretien à long terme pour obtenir les primes. C’est une invitation à la fraude.

Louis Gervais, Québec