La dignité ou la souffrance

Si vous habitez dans l'Ouest canadien et que vous choisissez des mesures de fin de vie, les évêques catholiques de cette région menacent de vous priver des derniers sacrements et de vous fermer les portes des églises pour un service religieux. Ce chantage de peur n'est-il pas aux antipodes du questionnement que semble manifester le pape François vis-à-vis le dogmatisme aveugle de certains représentants de l'Église?
Au Québec, il existe un consensus pour abréger les souffrances inutiles de fin de vie. Le clergé conservateur de l'Ouest ne devrait-il pas s'ouvrir sur la question et faire preuve d'humanisme et de compassion à l'égard de catholiques qui, maîtres de leur vie, ont décidé d'y mettre fin en toute connaissance de cause? Si la mort fait partie de la vie, il faudrait lui laisser la place quand la vie en a décidé ainsi.
Marcel Perron, Neuville