Philippe Couillard

La conversion de M. Couillard

Après avoir mis des mois à tirer à boulets rouges sur les structures en Éducation et avoir coupé de façon draconienne dans la qualité des services aux élèves, la subite conversion du premier ministre, Philippe Couillard, à prioriser la réussite des élèves a de quoi nous interroger sur les raisons inhérentes à ce changement de cap radical plutôt surprenant.
En ce qui me concerne, je serais prêt à parier que l'arrivée imminente de la campagne électorale de 2018 a ravivé les «ardeurs» de notre premier ministre pour les élèves en difficulté et le taux de décrochage inquiétant chez les jeunes de nos écoles. 
Une conversion qui, en réalité, n'est que le reflet d'une petite politique partisane qui n'augure rien d'autre qu'une éventuelle promesse électorale qui risque de mourir au feuilleton... À moins que M. Couillard ait rencontré son chemin de Damas, ce dont je doute fort!  
Henri Marineau, Québec