La considération les uns envers les autres

Par ces temps-ci, nous sommes témoins lecteurs de propriétaires d’entreprises qui offrent à leurs fidèles et dévoués employés(es) des bonus spéciaux : soirées enchantées, évasions ensoleillées, voyages dépareillés et autres généreux partages fort appréciés. Ça s’appelle de la considération. Faut-il le dire haut et fort : «la considération est plus importante que les honneurs, la gloire et l’argent. La considération devrait être l’aboutissement de tout être humain» (Montesquieu inspiration).

Le grand Andrew Carnegie disait un jour : «Enlevez-moi mes usines, mes navires, mes avions, tous mes biens mais laissez-moi mes employés(es) et je reconstruirai un empire».

En ce temps-ci du temps des Fêtes, la considération de ce que nous sommes et exprimons les uns envers les autres devrait être entre autres au menu de toutes nos tables d’accueil, et ce, à tous les niveaux de notre société.

Gilles Viel, Québec

***

Le troisième lien à Québec : la civilisation de l’automobile

Être en faveur du troisième lien, c’est faire perdurer la civilisation de l’automobile. C’est entretenir un idéal économique selon lequel ce moyen de transport est irremplaçable et unique, mais aussi celui dans lequel nous croyons aveuglément pour développer l’avenir de l’urbanisme à Québec.

Le paysage urbain de notre ville est actuellement dominé par la voiture. Les véhicules automobiles détiennent le monopole des routes. La place qu’ils occupent est disproportionnée par rapport aux autres moyens de locomotion. Piétons, cyclistes et autobus font obstacles à la voiture. Ils sont la plèbe moderne des métropoles. Ainsi, la construction d’un troisième lien ne ferait d’accentuer l’inégalité pour les modes de transports alternatifs.

De plus, ce choix ferait la promotion de l’individualisme. En tant que moyen de locomotion privé, la voiture nourrit un faux sentiment de liberté. En effet, les propriétaires sont davantage esclaves de frais exorbitants (assurance, permis, essence, entretien) que réellement libres. La voiture n’est pas un investissement rentable lorsqu’on considère qu’elle demeure la majeure partie du temps inactive, soit stationnée, arrêtée aux lumières rouges ou prisonnière d’un bouchon de circulation.

Pour finir, c’est aussi accepter une augmentation de la pollution atmosphérique, donc de notre qualité de vie, tout en renouvelant notre dépendance aux énergies fossiles.

Thomas Lessard, étudiant en philosophie

***

Astérix contre Netflix

La chaîne Netflix a été nommée «Artiste de l’année» par l’Associated Press. C’est une blague ou quoi? AP devrait ne s’occuper que de sport.

C’est une insulte faite à tous les artistes en lice, car cette compagnie ne favorise les projets artistiques que dans la mesure où cela lui rapporte. Quand je pense que Justin Trudeau refuse de la taxer.

Sylvio Le Blanc, Montréal