La colère d’une mère

En réaction au texte «La mère de Maude Carrier en colère» de la journaliste Patricia Cloutier paru le 11 janvier

Le cri de révolte de cette mère contre le silence inquiétant du «politiquement correct qui veut que l’on fasse bien attention de ne pas aborder les ravages de l’islamisme est totalement justifié. Tant dans les médias que chez les politiciens, on évite d’aborder le sujet. Pourtant, sur notre planète, on tue allègrement au nom d’Allah. Même dans l’article en question, après avoir, dans un tout petit paragraphe, rapporté le souhait de cette mère pour une journée contre l’islamisme et ses ravages, on «noie» sa demande dans une fin d’article où la parole est donnée... à un musulman pour s’exprimer sur l’islamophobie. D’ailleurs, retrouve-t-on, dans les médias, beaucoup de dénonciations contre les massacres, entre autres de chrétiens, par les musulmans? On retrouve le mot islamophobie dans le dictionnaire, mais y retrouve-t-on le mot christianophobie? Non! Cette mère a raison d’être révoltée.

Jean-Guy Harvey, Rivière-du-Loup

***

DE TOUT COEUR AVEC DANIEL TURP

Je suis de tout cœur avec Daniel Turp et ses étudiants de l’Université de Montréal dans leur démarche héroïque pour faire invalider la vente de véhicules blindés à l’Arabie saoudite. Pour le Fédéral et General Dynamics Land Systems, (GDLS), il est tout simplement question de gros sous. Pour moi et pour plusieurs citoyens et citoyennes, il est question de vies et de morts.

Il me semble que la planète a eu son lot de malheurs. Ajoutons les conséquences énormes pour les pays d’accueil qui peinent à rétablir l’équilibre entre leur population et les nouveaux arrivants. Tous ces déportés méritent d’être nourris, logés, soignés, éduqués et en mesure de gagner leur vie et celle de leur famille. Comment y arriver sans préparation préalable et sans brusquer les susceptibilités?

Il ne suffit pas d’être un globe-trotter au sourire éclatant, ou un usager de Twitter psychologiquement imprévisible. Nous avons besoin de femmes et d’hommes courageux et courageuses qui daignent affronter et dénoncer l’inacceptable quoi qu’il en coûte et qui nous conduisent vers un avenir où tous les peuples se respectent.

J’invite la population à donner son appui au professeur Daniel Turp et à ses étudiants soit par courrier à tous les médias et à tous les députés afin de mettre un terme à l’horreur des atrocités qui meublent sans cesse nos bulletins de nouvelles.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau