La clause: aucune honte

Le gouvernement de la CAQ vient de déposer son projet de loi sur la laïcité en soumettant plusieurs articles à la clause «nonobstant» ou dérogatoire, pour éviter des contestations éternelles devant les tribunaux. Il vient de nous dire que ce sont les élus qui gouvernent et non les juges nommés.

On entend déjà les hauts cris comme si cela était illégal.

Au contraire, selon plusieurs historiens, cette clause aurait été introduite après une exigence expresse de Londres. Eh oui les Anglais, qui trouvaient que le rapatriement de la Constitution à laquelle était rattachée une Charte des droits en ratissait trop large vers une centralisation à outrance du Fédéral. Londres avait à coeur de protéger les particularités des provinces et Trudeau père a dû ravaler et accepter une clause permettant de mettre en veilleuse certaines dispositions de la Charte si des provinces voulaient s’y soustraire, et cela, pour un maximum de cinq ans, renouvelable.

Le Québec étant au Canada la province aux multiples particularités, il est donc normal de les affirmer haut et fort en utilisant au besoin la clause nonobstant avec la bénédiction de la Reine en plus!

Richard Gagné

Sainte-Pétronille

+

Le crucifix parle toujours

Déplacé ou pas, le crucifix de l’Assemblée nationale ou des mairies parle toujours. Que dit-il? Si vous êtes en 2019, c’est bien à cause de moi. Déplacé dans un corridor, cela ne me dérange pas, puisque je suis né dans une grotte. Je suis présent dans vos villes et villages, dans vos rues, dans vos forêts, dans votre neige et dans le concert de vos oiseaux. Je suis présent dans vos maisons, dans vos églises et même dans vos synagogues et vos mosquées.

Je suis présent aussi dans vos pensées, dans vos conversations, dans vos joies et dans vos peines. En temps de paix et en temps de guerre. Sur la croix, j’ai proclamé sept paroles. Aujourd’hui, j’en proclame une huitième: «Père, pardonne-leur, car ils savent ce qu’ils font».

Père Paul Karim

Québec