La citoyenneté sans condition

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Soleil
Dans la saga des réfugiés au front dans nos CHSLD, nous nous devons d’agir avec bienveillance. Il m’apparait clair que nous n’avons même pas à nous poser de questions. Ces réfugiés risquent leur vie pour nos parents et grand-parents. Dans ma compréhension des hommages qui leur sont destinés avec des qualificatifs de mots célestes comme «ange» et «sauveur de vies». Il serait plus que barbare de les laisser dans une situation de réfugiés.

Il est urgent que nous réalisions qu’ils méritent une régulation de leurs statuts.

Je crois qu’il n’y a pas de tergiversation possible à savoir s’ils méritent ou pas leur citoyenneté. La question devrait être quand ils pourront l’avoir. Ils sont nos sœurs et nos frères sauveurs de nos amours en péril que sont nos aînés (es). Cela n’est pas sorcier, il n’y a pas à hésiter un instant. Ces anges venus de la providence, nous avons besoin qu’ils restent avec nous. Il n’y a aucune question à se poser. Ils se doivent d’avoir leur citoyenneté sans condition dans les plus brefs délais.

Michel Houle, Québécois sans condition
Québec

+

ÉGLISE ET SPIRITUALITÉ

Parmi les nombreux secteurs de la société qui ont exprimé leur hâte de revenir «à la normale», il y a, via leurs responsables, l’Église catholique et les autres confessions religieuses. Dans sa dernière conférence de presse, le PM en a mentionné plusieurs, mais pas le secteur religieux.

Au moins en ce qui concerne les catholiques, un argument en faveur de la réouverture rapide des églises me semble résider dans le fait que, majoritairement, ce sont des personnes aînées qui fréquentent ces lieux où elles vont chercher silence, réflexion, sans oublier la fraîcheur qu’on y retrouve.

Pour beaucoup de Québécoises et de Québécois d’un âge plus avancé, ce besoin de spiritualité s’exprime souvent dans la fréquentation de l’église, individuellement ou communautairement. D’où la nécessité de répondre le plus rapidement possible à cette demande de réouverture des églises.

Normand Breault
Montréal