La charrue avant les bœufs?

L’emplacement du troisième lien devrait-il déterminer les besoins des usagers de la route?

Les élections s’en viennent; on panique et on nous présente cinq emplacements possibles d’un troisième lien avant que les besoins soient bien établis. Ce n’est pas très sérieux et ça n’est pas parce que j’habite Lévis depuis quelques années, mais je ne puis qu’être d’accord avec la réaction du maire Lehouillier après la présentation de la situation actuelle du projet entre nos deux villes. Je serais encore citoyen de Québec que j’aurais cette même attitude.

Je ne comprends pas, moi non plus, la progression actuelle de ce projet. On présente ainsi des scénarios qui «sont basés sur rien». La base n’est pas là et ça n’est pas très rassurant pour la solidité de la structure du troisième lien. C’est plutôt gênant après la catastrophe de Gênes.

Perdre des votes dans notre grande région : les libéraux ne pouvaient faire mieux. Faut arrêter de nous prendre ainsi pour des imbéciles.

Gilles Côté
Lévis

***

UNE INSULTE À PRÉVOST CAR

Je suis un travailleur chez Prévost Car, un des 1400 travailleurs qui paient leurs impôts et taxes au Québec. Ce matin, c’était la grogne à l’usine, insultée même, par un parti politique qui est fier de présenter son véhicule officiel, avec un autocar fabriqué par MCI au Manitoba, le principal compétiteur direct de mon entreprise.

J’ai signifié mon mécontentement au PQ, voici la réponse intégrale de la position du parti :

«C’est ça qu’il faut comprendre M. Lévesque, la réalisation de cet autobus MCI n’a pas été mandatée par le PQ mais par un opérateur d’autobus privé, qui par la suite la loue selon les disponibilités au parti politique pour une campagne électorale. L’opérateur a acheté et possède l’autobus, pas le parti politique. Autrement dit, le parti politique n’a aucun pouvoir sur l’achat d’une entreprise privée. Simplement, je pense qu’il est injuste de dire que M. Béchard n’a pas à cœur les emplois de sa région sur la base d’une location d’autobus de campagne.»

François Lévesque
Saint-Raphaël

***

DES AFFICHES INJUSTIFIÉES

À l’ère des médias sociaux et des différentes plates-formes électroniques, je trouve archaïques et injustifiées les affiches des candidats pour une élection au fédéral, provincial ou municipal. Le gouvernement prône les saines habitudes écologiques partout. Pourquoi les politiciens s’accorderaient-ils le droit de sortir du rang lors d’une campagne électorale? Les vertus sont-elles à géométrie variable? Allez, nous voulons de la rectitude de la part de ceux qui l’enseignent, svp.

Michel Beaumont
Québec