La CAQ en pole position

Difficile à croire mais le dernier sondage réalisé par la firme Mainstreet place la Coalition avenir Québec (CAQ) en tête des intentions de vote des Québécois à 32 %, suivie du Parti libéral (PLQ) à 31 %, du Parti québécois à 24 % et de Québec solidaire (QS) à 14 %.
Même si nous sommes à plus d'un an des élections et que les sondages n'ont pas toujours visé au milieu de la cible, force est de constater que la CAQ de François Legault est en train de s'infiltrer en douce entre les tuiles incessantes qui tombent sur le PLQ et l'errance du PQ eu égard au référendum reporté et à l'hypothèse d'un bon gouvernement.
Devant ce décor plutôt déprimant, la CAQ représente le parti de la nouveauté, celui qui n'a jamais occupé le pouvoir et qui n'est donc pas, du moins en théorie, infesté par les controverses éthiques liées au PLQ ni les tergiversations malsaines du PQ autour de son option prioritaire, à savoir l'indépendance du Québec.
Quoi qu'il en soit, la voie semble s'ouvrir pour le parti de François Legault. Un signal d'alarme vient d'être envoyé au PLQ et au PQ. Ce ne serait pas la première fois que les Québécois voteraient «contre» le parti au pouvoir et celui de la première opposition officielle...En réalité, comme nous le rappelle un vieil adage, faute de pain, on mange de la galette!
Henri Marineau, Québec
***
Politique et stratégie
Je n'aime pas du tout ce qui se passe ces jours-ci dans le monde de la politique municipale et provinciale. On dirait que nos politiciens sont victimes du mal de la girouette. D'abord, le maire Labeaume qui laisse tomber ceux qui votent pour son parti dans l'arrondissement de M. Bussières. Ils vont voter pour qui, ces gens-là?  Ensuite, le PQ qui ne présente pas de candidat dans l'élection partielle de Gouin. Ils vont voter pour qui, les sympathisants péquistes? 
Enfin, ce n'est guère mieux pour tous les partis provinciaux. Le PLQ qui compte ses circonscriptions gagnées d'avance et qui joue à la victime; la CAQ qui se camoufle dans le silence et qui fait la taupe; le PQ qui voudrait bien danser avec QS. Bref, l'électeur que je suis se demande si ceux qui espèrent nous diriger ne souffrent pas du complexe de Pinocchio. Plus leur stratégie enfle, plus leur nez s'allonge. Pauvres de nous! Le mensonge est-il en train de supplanter la vérité?
Lévis Bouchard, Québec