La calamité des sucres ajoutés

En réaction à l'éditorial de Jean-François Cliche «Taxer la pointe de l'iceberg» publié le 17 octobre
Bonjour monsieur Cliche,
Taxer, c'est comme endosser cette calamité des sucres ajoutés. Il faut plutôt RÉGLEMENTER ces industries sans réserve sur les conséquences de la santé de l'être humain. Avec la déréglementation des marchés, ces oligopoles de l'industrie alimentaire ont comme paradigme le profit à tout prix! Essayez de trouver sur les tablettes des aliments sans sucre ajouté dont les céréales, le pain, le yaourt, toutes ces boissons gazeuses, le beurre d'arachide, le ketchup, les aliments transformés, etc. Imaginons les coûts de santé à court et long terme pour nos sociétés devant cette calamité! Et les pharmaceutiques d'applaudir... Donc, allons à la source du problème et non pas en «patchant» avec une taxe qui sera gérée de quelle façon... comme la taxe du carbone... mais en mettant au pas cette industrie au service des intérêts financiers d'abord.
Donald Thibault, Québec