La bombe est dans vos mains M. Couillard

Encore une fois notre premier ministre Philippe Couillard ne comprend pas la population en prétendant que d'utiliser la clause dérogatoire pour contrer les effets de l'arrêt Jordan serait comme utiliser l'arme nucléaire pour une peccadille et serait un geste beaucoup trop lourd de conséquences pour les droits de certains criminels.
Il ne comprend pas que le décompte est déjà commencé et qu'il a la bombe dans les mains, ce qui est très dangereux. C'est un moyen de désamorcer la bombe qu'il faut trouver très rapidement.
Il a beau crier vers Ottawa et renvoyer la balle au gouvernement fédéral, sa voix ne passe pas la rivière des Outaouais et les problèmes de retard dans les causes judiciaires vont durer encore quelques années. Ça ne prendra pas beaucoup d'autres cas d'arrêts des procédures dans des causes de meurtre comme cette semaine pour que la bombe n'éclate... 
Il est urgent d'agir et la clause dérogatoire telle que suggérée par Madame Véronique Hivon doit être considérée avec plus de sérieux.
Richard Gagné, Ste-Pétronille
***
Le danger de ces fameux textos au volant...
À force de côtoyer sur les routes de plus en plus de conducteurs les yeux rivés sur leur cellulaire même à haute vitesse, c'est plus fort que moi : aussitôt que j'entends parler d'un face à face mortel par suite d'une déviation de trajectoire, je pense invariablement aux textos. J'ai même dû adapter ma conduite à ce troublant phénomène, en étant sur le qui-vive chaque fois que mon véhicule en croise un autre. En effet, qui sait si l'autre regarde vraiment devant? 
Étant gardien de but depuis 40 ans, j'ai l'habitude des lancers déviés, je devrais m'en tirer sain et sauf...
Gilles Levasseur, Québec