Joyeux Noël à notre classe politique

Ces derniers temps, nous voyons trop souvent le politiquement correct et la langue de bois tout envelopper et déformer. C'est rendu que même Noël n'est plus Noël, ça devient le «solstice d'hiver», le «temps de bonheur» ou bien le «temps des Fêtes» (autrefois une manière de parler de Noël et du Jour de l'An à la fois, mais maintenant plutôt une manière d'éviter de prononcer ce mot gênant qu'est Noël pour notre classe politique). À cela se mêle aussi la tendance naturelle des bureaucrates et de certaines soi-disant «élites» déracinées de mépriser tout ce qui découle de la culture populaire. Puis, finalement, quelques personnes qui militent contre Noël par conviction, mais qui ont au moins le courage et la cohérence de leurs opinions.
Ces derniers temps, nous voyons trop souvent le politiquement correct et la langue de bois tout envelopper et déformer. C'est rendu que même Noël n'est plus Noël, ça devient le «solstice d'hiver», le «temps de bonheur» ou bien le «temps des Fêtes» (autrefois une manière de parler de Noël et du Jour de l'An à la fois, mais maintenant plutôt une manière d'éviter de prononcer ce mot gênant qu'est Noël pour notre classe politique). À cela se mêle aussi la tendance naturelle des bureaucrates et de certaines soi-disant «élites» déracinées de mépriser tout ce qui découle de la culture populaire. Puis, finalement, quelques personnes qui militent contre Noël par conviction, mais qui ont au moins le courage et la cohérence de leurs opinions.
Il me semblait donc nécessaire de lancer un message à notre classe politique. Leur dire que des gens aspirant à diriger notre peuple doivent susciter l'espoir et qu'il n'y a pas de peuple sans traditions ou passé, ni d'espoir sans croyances. En conséquence, si notre classe politique a l'intention d'être proche du peuple, elle devrait se garder de nous faire oublier notre passé ou de faire disparaître nos traditions populaires sous le couvert du «progrès» - sans quoi, ce qui l'attend, c'est de disparaître dans l'oubli pour le peuple.
Trop souvent, ce sont les personnalités politiques se réclamant le plus du peuple qui semblent ignorer ce fait.
Sur ce, je souhaite néanmoins à toute la classe politique Québécoise un sincère joyeux Noël.
Louis-Joseph Benoit
Québec