Jouer dehors

Il est où le problème? Lorsque j’étais à l’école primaire et secondaire, nous avions une récréation le matin et l’après-midi. L’été, nous pouvions jouer à la balle molle, marcher, se distraire et l’hiver on jouait au ballon coup-de-pied, ballon chasseur, etc.

En fait, on prenait l’air, on se détendait et tout cela sous la surveillance, voire l’implication du professeur qui animait et obligeait tous les élèves de sa classe à participer. Pour un enseignant, accompagner les élèves et aller dehors n’était pas un surplus de travail, une tâche additionnelle comme le prétendent certains enseignants, non, ça leur faisait du bien et ils avaient aussi hâte que nous d’aller dehors. Pour ce qui est de l’habillement, tout était régularisé, nous nous habillions seuls et devions faire vite, la même chose au retour. Donc, il n’y a pas de problème sauf celui des profs anti si, anti ça, qui ne jurent que par le moindre effort et qui ne prennent pas leurs responsabilités. Pour certains profs, un élève agité est un élève qui a un trouble TDA ou TDAH, c’est plus facile de dire cela que de reconnaître qu’il est normal pour un enfant de bouger, d’être parfois excité d’aller dehors. S’épivarder ne fait que du bien au corps et à l’esprit. Même pour les profs.

Jacques Larose, Québec