JO à Québec: non, non et non!

Les temps changent, le Comité international olympique (CIO), jadis le paradis du gigantisme, doit maintenant inviter des villes potentielles pour leur vendre l'idée des jeux à prix modique, tout est relatif. Le maire Labeaume se rendra donc à Lausanne en mode écoute avec sa liste de questions. Là où le bât blesse, supposons des réponses positives au maire, cela pourrait-il raviver un désir de candidature? M. Labeaume n'y va certainement pas pour rien. Il n'est pas intéressé à la porte avant, son discours sera-t-il différent à la porte arrière?
Même si Québec avait une ville partenaire comme Lake Placid avec ses installations fonctionnelles, il faudrait investir énormément d'argent pour les installations à Québec. N'oublions pas que les coûts de sécurité coûteront deux fortunes, cela pour seulement deux semaines de compétition et des années à rembourser une lubie passagère!
À mon sens, il serait bien plus pertinent d'investir pour des besoins locaux qui serviraient aux citoyens de la Ville de Québec pendant des années que pour un rêve éphémère trop dispendieux. Ma réponse au CIO est: non, non et non!
Michel Beaumont, Québec