Selon les informations qui circulent à Glendale, quatre membres du conseil municipal approuveraient l'entente avec le groupe de Greg Jamison (notre photo) et trois autres s'y opposeraient.

Jamison, le coyote rusé

Le 27 novembre, après de longues heures de délibération, le conseil municipal de Glendale a approuvé par quatre voix contre deux, dont celui de la mairesse Elaine Scruggs, farouchement opposée, l'entente pour le sauvetage des Coyotes de Phoenix, en acceptant de verser 320 millions de dollars sur 20 ans à l'homme d'affaires Greg Jamison, qui souhaite ardemment garder les Coyotes en Arizona.
Le 27 novembre, après de longues heures de délibération, le conseil municipal de Glendale a approuvé par quatre voix contre deux, dont celui de la mairesse Elaine Scruggs, farouchement opposée, l'entente pour le sauvetage des Coyotes de Phoenix, en acceptant de verser 320 millions de dollars sur 20 ans à l'homme d'affaires Greg Jamison, qui souhaite ardemment garder les Coyotes en Arizona.
Une entente qui est approuvée, comme par un heureux hasard pour Greg Jamison, quelques semaines avant l'entrée en fonction du nouveau conseil municipal de Glendale, en janvier 2013, dont les nouveaux conseillers élus ont d'ores et déjà fait savoir qu'ils étaient contre l'entente entre la Ville de Glendale et Greg Jamison.
Le nouveau conseil pourrait cependant avoir son mot à dire si l'entente n'est pas en vigueur au 31 janvier, date limite fixée par le contrat. En effet, Greg Jamison doit encore compléter l'achat des Coyotes auprès de la Ligue nationale et la vente doit être approuvée par le Bureau des gouverneurs de la LNH.
Rappelons que plusieurs citoyens de Glendale s'opposent farouchement au versement de fonds publics à Jamison, alléguant, entre autres, que cette aide sera octroyée au moment où les finances de la Ville sont mal en point et où le niveau de taxation à Glendale est l'un des plus élevés aux États-Unis.
En attendant, les partisans du retour d'une équipe de la Ligue nationale de hockey à Québec peuvent toujours garder un oeil vers l'Arizona, en espérant que l'entente soit rejetée par le nouveau conseil municipal.
Henri Marineau, Québec