Jamais deux sans trois!

Il y avait quelque chose de navrant à entendre Justin Trudeau répéter en boucle lors de son point de presse: «J’aurais dû savoir… Euh! Je m’excuse… Euh! Je suis sincèrement désolé… Euh! Je ne le referai plus…!» Un mea culpa digne d’un écolier récidiviste.

Si Justin Trudeau a su donner raison au vieil adage «jamais deux sans trois», le moins qu’on puisse dire, c’est que le fils est loin de manifester la capacité de jugement et l’envergure politique du père.

Souhaitons néanmoins que, d’ici la fin de son mandat, Justin Trudeau fasse preuve d’une rigueur exemplaire en matière d’éthique sinon il risque, lors des prochaines élections, de connaître le même sort qu’a subi, après sa troisième chute, un célèbre personnage qui nous a visités, il y a plus de 2000 ans: la crucifixion!

Jean-Paul Plante, Magog