Le premier ministre du Canada, Stephen Harper

Honte à Harper

En réaction au texte L'affaire Valcourt de l'éditorialiste Pierre Asselin publié le 25 mai
J'ai lu avec grand intérêt l'éditorial de Pierre Asselin sur les connaissances du responsable des dossiers touchant les autochtones, le ministre Valcourt, publié récemment. Est-il au courant qu'il y a une quantité très inquiétante de femmes autochtones disparues ou assassinées dont les dossiers sont non résolus? Je suis outré que les conservateurs refusent une enquête publique sur toutes les questions que soulève la disparition et les meurtres des femmes autochtones. Les conservateurs refusent non seulement d'enquêter, mais coupent le budget de Condition féminine Canada, qui finance l'organisme Soeurs d'esprit. Cet organisme a compilé et documenté depuis plusieurs années 1200 dossiers de femmes autochtones disparues et assassinées qui n'ont jamais été résolus dans les 30 dernières années.
Toutes les sphères de la société réclament une enquête publique nationale. Pourquoi ces dossiers demeurent-ils dans des classeurs, non résolus? Et si c'était le laxisme et l'inertie des corps policiers qui étaient en cause? M. Harper, comment pouvez-vous refuser qu'on fasse la lumière sur ces femmes disparues et assassinées dans l'ombre?
Luc Tailleur, Oka