«Il est difficile de dire si nous aurions pu gagner la guerre si le pouvoir n'avait pas été aussi implacable», se questionne Vladimir Poutine.

Harper tient tête à Poutine

Pour une fois, je suis heureux du comportement du premier ministre  Stephen Harper. À l'occasion de la récente réunion du G20 en Australie, alors que le président Poutine lui tendait la main, M. Harper lui a alors directement dit qu'il devait retirer ses troupes de l'Ukraine. Toujours aussi suave et menteur, l'homme fort du Kremlin lui aurait répondu qu'il ne pouvait pas les retirer puisqu'elles n'étaient pas là...
Pour une fois, je suis heureux du comportement du premier ministre  Stephen Harper. À l'occasion de la récente réunion du G20 en Australie, alors que le président Poutine lui tendait la main, M. Harper lui a alors directement dit qu'il devait retirer ses troupes de l'Ukraine. Toujours aussi suave et menteur, l'homme fort du Kremlin lui aurait répondu qu'il ne pouvait pas les retirer puisqu'elles n'étaient pas là...
Je félicite notre premier ministre pour la tenue de ce langage vrai. Certains lanceront des hauts cris pour ce franc-parler peu diplomatique, mais il y a une limite à prendre les gens pour des cons et à se payer leur tête. Je ne sais si le président russe sait où il va, mais il me semble, isolé, aller droit dans un mur. Ce dernier devait savoir que la réalité finit toujours par nous rattraper... et que l'URSS n'est plus! Et ceci bien heureusement pour la liberté des hommes et des nations.
Michel Lebel
Entrelacs