Guy Joron, ministre visionnaire

Quelques jours après Noël, Guy Joron nous a quittés. Cet homme qui fut, à 36 ans, notre premier ministre de l’énergie du Québec, poste créé par René Lévesque, qui, avant tous, avait senti le rôle majeur que jouerait l’énergie dans le développement du Québec.

S’il choisit Guy Joron pour préparer la première politique énergétique du Québec, c’est parce qu’il savait que ce dernier, indépendant de fortune, fait peu fréquent à cette époque pour un péquiste, et esprit novateur, n’hésiterait pas à proposer une politique énergétique visionnaire. C’est ainsi qu’avec une très petite équipe, il a convaincu le conseil des ministres, à l’encontre de M. Parizeau sur la question du nucléaire, d’exclure du plan de développement d’Hydro-Québec les 33 centrales nucléaires qui y apparaissaient.

Mais cette politique allait aussi porter plusieurs idées phares et avant-gardistes: développement du réseau de gaz naturel, programme d’économie d’énergie — la première loi sur le sujet pour le secteur de la construction, création de Nouveler (morte, faute de vision), la première société d’État chargée de développer les énergies nouvelles, 40 ans avant que ces énergies deviennent une nécessité. 

Guy Joron aura aussi été un allié fidèle de plusieurs des mesures importantes économiques et sociales du premier gouvernement péquiste du Québec, dont l’assurance automobile. Il n’aura malheureusement pas réussi à convaincre ses collègues de prendre le contrôle d’Alcan, ce qui aurait permis d’assurer une pérennité économique à la région du Saguenay et de conserver un siège social d’une multinationale à Montréal.

Renaud Lapierre, ex-chef de cabinet, Québec