Grande Allée à sens unique?

Il existe peut-être une solution simple pour permettre aux concepteurs de la nouvelle version du SRB de permettre son passage à la haute-ville. En effet, il serait intéressant d'étudier la faisabilité de rendre le boulevard Laurier-Grande Allée à sens unique vers l'est et le boulevard René Lévesque à sens unique vers l'ouest entre les rues des Gouverneurs et Claire-Fontaine.
Cette solution impliquerait que le tracé du SRB ne serait pas au centre de ces deux voies de circulation afin de protéger d'une part les arbres au centre de la chaussée sur la portion Grande Allée et d'autre part maximiser le nombre de voies de circulation. De plus, il faudrait envisager que la rue Claire-Fontaine devienne également à sens unique vers le nord et sa voisine Turnbull à sens unique vers le sud. Si cette solution était applicable, il pourrait y avoir une station sur le campus universitaire en direction ouest du tracé de ce nouveau mode de transport. De plus, alors que la ville de Québec se préoccupe d'améliorer la fluidité de la circulation, la solution du sens unique sur ces deux grandes artères de circulation éliminerait automatiquement tous les feux de circulation clignotants qui y existent actuellement. 
Jean-Pierre Lefebvre, Québec
***
GND : une petite gêne?
En se disant prêt à devenir premier ministre, Gabriel Nadeau-Dubois ne manque pas de cran, il semble simplement manquer de jugement et de maturité. La recrue de Québec solidaire nous rappelle cet invité qui, lors d'un banquet, avait choisi de lui-même de prendre place à la table du Maître qui, ayant constaté l'arrogance du nouveau venu, l'avait convié à occuper une place de plus modeste rang.
GND dont les habiletés et le charisme ne sauraient être mis en doute aurait avantage à faire ses preuves, car, au final, c'est bien la population qui le conviera à trôner en première place si cette éventualité devait se réaliser. 
D'ici là, en affirmant que Québec solidaire est aux portes du pouvoir et prêt à former le prochain gouvernement, notre «aspirant premier ministre» risque de perdre en crédibilité. Et comme le disait feu Gérard D. Lévesque : «En politique, quand on n'est pas cru, on est... cuit!». À ce stade-ci de sa carrière politique, GND aurait avantage à se garder une petite gêne. 
Jean-Paul Plante, La Malbaie