GND: une boîte de Pandore

En réaction à l'éditorial de Jean-François Cliche L'outrage et la liberté, paru vendredi.
Si Gabriel Nadeau-Dubois ne savait pas qu'il y avait des injonctions qui avaient été accordées, moi, je suis le pape!
La justice aujourd'hui ne détruira pas la vie d'un jeune en lui imposant un casier judiciaire, donc elle a trouvé le trou de souris pour ne pas qu'il soit condamné. Par contre, elle a ouvert une immense boîte de Pandore, et prouve qu'il n'y a pas de limite à la liberté  d'expression même si on doit bafouer les droits de ceux qui ne sont pas d'accord.
De plus, inciter les gens à ne pas respecter la cour est très dangereux. Le droit de grève étant un droit des travailleurs et non des étudiants, comment pouvez-vous accepter un tel comportement?
Jean Bédard, Québec