Folles dépenses libérales

Avec l’énorme surplus budgétaire révélé par le ministre des Finances Leitao la semaine dernière et qui est principalement le résultat de coupures draconiennes marquant les premières années de l’ère Couillard, les libéraux se lancent dans des dépenses et non dans des investissements. En effet, c’est majoritairement dans des cadeaux électoraux que se retrouvent les surplus et non dans des réinvestissements pourtant nécessaires dans les secteurs durement touchés par les coupes exagérées.

Tout compte fait, ce sont des montants insignifiants qui reviendront aux citoyens individuellement. Monsieur Leitao aurait donné aux contribuables qui paient de l’impôt l’équivalent de 76 sous par jour. Le ministre de l’Éducation, dans sa refonte de la taxe scolaire remet, lui, l’équivalent maximal de 61 sous par jour aux contribuables de la Capitale Nationale et de sept sous dans la région de Montréal.

On doit saluer l’élimination de la taxe santé et l’aide apportée aux familles pour les fournitures scolaires, mais il y a des choix électoralistes discutables. Le gouvernement libéral est en panique, mais il se doit de bien utiliser les surplus dégagés. Il ne faudrait surtout pas qu’un trou budgétaire secondaire à ces cadeaux soit mis à jour par un prochain gouvernement en octobre 2018. Mesdames et messieurs les ministres libéraux, rangez vos pelles qui risquent de creuser ce trou.

Richard Gagné

Ste-Pétronille