À travers l'histoire d'un caméraman de faits divers (Jake Gyllenhaal) prêt à tout pour obtenir de bonnes images, Le rôdeur démontre les dérives éthiques du journalisme à sensation et devrait valoir à l'acteur une nomination aux Oscars.

Film amoral

Je suis sonnée! Je sors du cinéma où je suis allée voir le film auquel on a osé attribuer quatre étoiles : Le rôdeur. C'est à désespérer de notre société. Comment peut-on avoir l'idée d'élaborer un tel scénario sur le grand écran?  Une histoire comparable, voire pire que celle de Magnotta, de Turcotte et de combien d'autres disjonctés dont nos journalistes se font un devoir d'en faire leurs manchettes, en y incluant maints détails superflus afin de satisfaire un public de plus en plus avide d'excitations morbides?  N'en avons-nous pas assez de cette folie démentielle? Amoral, ce film, au point d'en être désespérant. 
Je suis sonnée! Je sors du cinéma où je suis allée voir le film auquel on a osé attribuer quatre étoiles : Le rôdeur. C'est à désespérer de notre société. Comment peut-on avoir l'idée d'élaborer un tel scénario sur le grand écran?  Une histoire comparable, voire pire que celle de Magnotta, de Turcotte et de combien d'autres disjonctés dont nos journalistes se font un devoir d'en faire leurs manchettes, en y incluant maints détails superflus afin de satisfaire un public de plus en plus avide d'excitations morbides?  N'en avons-nous pas assez de cette folie démentielle? Amoral, ce film, au point d'en être désespérant. 
Marie-Paule Tremblay
Québec