Fatima Houda-Pepin.

Fatima Houda-Pepin avait raison

Fatima Houda-Pepin avait raison sur un point: la charte n'était pas suffisante pour lutter contre la radicalisation religieuse et elle ne faisait que masquer le problème.
La division des groupes musulmans est réelle au Québec. Le nombre de mosquées et de mosallas au Québec (70 à Montréal seulement) augmente sans cesse et chacune prêche différemment selon l'appartenance de son imam. 
Il est temps pour l'État québécois de financer un Centre de surveillance de l'intégrisme religieux, comme le demandait Fatima Houda-Pepin avant son expulsion du Parti libéral, pour qu'on arrête de mettre tous les musulmans dans le même bateau.
Cela permettrait peut-être de fournir les preuves nécessaires pour enfermer les nombreux imams montréalais radicaux (je ne citerai pas les noms pour éviter leurs poursuites intempestives) ainsi que ceux qui invitent les imams étrangers ultraradicaux dans les mosquées et les centres communautaires musulmans.
Cela dit, je ne suis pas contre l'adoption de règles vestimentaires laïques dans la fonction publique.
Yves Perrin, Repentigny