L'école secondaire l'Odyssée

Faire autrement

En réaction au texte «Une décision difficile à prendre» de M. Michel Bernier, commissaire de Lairet, commission scolaire de la Capitale
Monsieur le commissaire scolaire,
Depuis votre «élection» le 2 novembre 2007, j'ai eu l'occasion de remettre en jeu mon siège à l'Assemblée nationale à trois reprises et de répondre de mes décisions difficiles envers mes citoyens. Dès le début de mon premier mandant en 2007, j'ai témoigné de mon intérêt pour la situation des écoles de Val-Bélair. J'ai notamment rencontré les différentes instances de la commission scolaire sur l'urgence d'offrir un parcours secondaire complet afin de pallier l'augmentation de la population de Val-Bélair.
Force est de constater que l'absence de leadership scolaire résulte maintenant d'une sous-utilisation de l'école secondaire l'Odyssée et pose un nouveau problème au niveau primaire. Or, plutôt que de retrousser vos manches et de faire votre travail d'élu, je comprends que vous avez préféré dépenser l'argent de la récente augmentation des taxes scolaires pour transférer les élèves de Val-Bélair d'une école à l'autre afin de remplir votre tableau de statistiques.
Vous avez raison, monsieur le commissaire, la décision facile que vous avez prise était de tourner le dos aux parents et de rester derrière la commission scolaire. Pendant que votre présidente était enfermée dans son bureau à faire des entrevues lors de la soirée du vote, j'ai constaté avec les parents, comme vous, qu'il était temps de faire les choses autrement.
Au lieu de mettre l'élève au service du système, «faire autrement» consisterait plutôt à mettre le système au service de l'élève. Je pense qu'il est temps d'assumer votre rôle d'élu, car vous représentez vos électeurs et non la commission scolaire. Si vous jugez que ce rôle est inutile, alors il est plus que temps de faire autrement et de joindre votre voix à la nôtre pour que se concrétise l'abolition des élections scolaires.
Éric Caire, député de La Peltrie