Exclue en raison des «bulles-classes»

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Soleil
En réaction à l’article «Des étudiants privés de maths et de sciences fortes à cause des bulles classes» de la journaliste Élisabeth Fleury paru le 10 septembre

Mme Fleury, votre article fait un grand bien à ma fille de 15 ans, en secondaire 5, au programme de baccalauréat international.

Son profil était Arts pour le secondaire 5, elle a patienté les quatre premières années du secondaire pour avoir accès. Elle s’est inscrite, elle a été acceptée. Elle souhaite aller en arts visuels au cégep, c’est une passionnée.

À peine quelques jours après la rentrée, elle a été exclue de son profil. La raison : les bulles-classes. L’école a décidé d’accorder ce profil aux élèves qui sont en mathématiques fortes. Ça n’a jamais été un prérequis pour le profil Arts pourtant, mais l’école en a décidé autrement.

Elle est donc en profil Histoire (matière où elle échoue). J’ajoute à cela que les élèves d’autres bulles-classes se mélangent dans la classe durant les périodes d’histoire (six périodes par cycle). Le concept bulle ne tient plus.

Résultat : découragement, anxiété, colère, frustration et idée de décrochage scolaire.

J’ai fait appel:

-au protecteur de l’élève: aucun retour ni suivi malgré plusieurs messages;

-à l’attachée de presse du ministre Roberge: aucun retour d’appel;

-à la direction de l’école: on me suggère de la changer d’école ou de la sortir du baccalauréat international.

Ma fille longe les murs, ne mange presque plus.

Voilà comment ça se passe chez nous.

À LIRE AUSSI: Des étudiants privés de maths et de sciences fortes à cause des bulles classes 

Catherine Hovington-Savary, Québec

+

LE TRAMWAY ET LA NEIGE

En réaction à la chronique «Vérification faite: la neige, pas un problème pour le tramway?» de Jean-François Cliche parue le 15 septembre. 

Le problème avec la neige et le tramway n’est pas la quantité de neige qui tombe mais plutôt le dénivelé qui peut arrêter ou tout le moins ralentir le tramway. Métal sur métal, ça glisse. Souvent, en Suisse ou en Autriche, il y a des crémaillères pour empêcher ce problème de glisse. J’étais à Genève au mois de février et il y a eu une petite bordée et le tramway avait des retards exceptionnels dus au fait que le tramway était bloqué en bas d’une mini-pente. En discutant avec des usagers, à ce moment j’ai compris que c’était régulier à Genève, ce genre de retards par temps neigeux, et ça râlait. Un train suisse en retard, c’est inacceptable!

Marc Engel, Québec