Être objectif

L'historien n'est d'aucun temps ni d'aucun pays (Fénélon). Comment enseigner l'histoire dans un contexte d'images abondantes, de pitonnage effréné et de recettes pédagogiques innovatrices? On doit s'appuyer sur l'objectivité et ne point y déroger.
Par thèmes, selon la chronologie l'histoire est toujours une prise de conscience profonde de notre vécu comme peuple. Grande est l'envie de l'interpréter, d'omettre des éléments, de simplifier, de se livrer à l'endoctrinement.
Savoir mesurer les faits, en saisir toute la portée, voir toute leur dimension et surtout faire des liens avec le présent sans tomber dans le piège de réécrire le passé! La modernité impose son rythme turbulent, axé sur l'immédiat, ayant tendance à effacer les vieilleries, à passer à autre chose. C'est le réflexe de tourner la page mécaniquement et trop souvent.
La nouvelle pédagogie de l'histoire impose le devoir de réfléchir intelligemment, un exercice enrichissant sous la gouverne d'enseignants éclairants.
Douglas Beauchamp, Québec