Être le reflet de soi-même

Cher nouveau-né,
Cher nouveau-né,
Tu es né à un moment précis en 2013. Durant les douze derniers mois, il s'est passé beaucoup de choses, alors que tu n'y as rien vu. Tu es trop jeune, c'est normal. L'année aura été ponctuée de jours tristes, certes, mais à travers ces jours plus difficiles, on oublie souvent ceux qui ont été plus heureux. Permets-moi donc de te partager une petite réflexion sur un aspect de notre génération qui suscite chez moi de bien vives préoccupations.
Tu es né à une époque où l'individu, me semble-t-il, devient tranquillement le reflet de lui-même. Tu dois te demander comment on peut être le reflet de soi-même sans être a priori soi... C'est légitime. Eh bien, pense à ceci : imagine-toi t'observer dans le miroir. L'image de ton corps qui apparait dans la glace est la tienne, cela va de soi. Tu as certainement des rêves, des convictions... Je remarque, des gens que j'observe, que l'image qui apparait dans la glace est désormais, pour certains, plus essentielle que l'individu qui se trouve en face d'elle. Que cela signifie donc? Si notre paraître est le reflet de notre être dans le miroir, l'image de nous-même peut-elle réellement être déformée?
Voilà le coeur de ma préoccupation... Car j'ai l'impression que tranquillement, l'importance accordée au paraître surpasse l'être que chacun est. Qu'est-ce que l'excellence du paraître, sinon l'être authentique? Et si l'excellence du paraître et l'être ne faisaient qu'un, pourrions-nous qu'être? L'écart se creuse... l'être se distancie du paraître, ce qui crée, je crois, l'existence en une seule personne de deux êtres, dont l'un n'est qu'une image. Un paraître si présent qu'il fait lui-même ombre à l'être qui forme chacun de nous.
Je t'invite donc à y réfléchir. Ne me crois pas pessimiste... Simplement rappelle-toi que les années qui s'annoncent t'outillent pour devenir l'artisan de ton image, mais que l'authenticité de ce que tu es demeurera ton plus précieux trésor.
Bien à toi,
Jean-Frédéric Moreau, Québec