Et si c'était simplement au nom d'une hypothèse?

Le laïc, qui voudrait donner librement son opinion au sujet des religions, marchera toujours sur des oeufs, c'est bien connu; pourtant, le terroriste, au nom de l'islam, commet des horreurs sans nom et se réjouit de notre timidité.
Les mosquées sont pleines et les églises sont vides..., il doit y avoir de bonnes raisons. Le but de l'islam, tel que préconisé par le Coran, c'est de s'étendre sur toute la planète, et cela au nom de son hypothèse. Je sais ce que contient le Coran: je l'ai tout lu par curiosité. Les deux pieds sur le sol, le laïc qui raisonne avec sa liberté de pensée et d'opinion se demande bien par quel mécanisme l'être humain, au cours de l'évolution du vivant, serait-il devenu immortel. Par une mutation génétique quelconque? Mais surtout à quel moment précis à partir des grands singes? Les trois grandes religions abrahamiques, elles, quoi qu'on en dise, fondent leur raisonnement sur le fameux paradis terrestre avec ses premiers parents et leur fameux péché originel, le tout fixé dans le temps il y a 6000 ans. Soyons clair! Pas d'Adam ni d'Ève, pas de fondement. Donc au nom de cette prétendue hypothèse, on réussit à perturber notre précieuse vie et la fameuse quiétude, tellement chère à tous les humains. 
2015! Pourtant, il y a fort longtemps que la science a rompu le dialogue avec ceux qui soutiennent toutes ces suppositions. Et ce qui nous est tellement aberrant, c'est que les imams intégristes, les fondamentalistes, les radicalistes, les terroristes, tous les djihadistes, surtout ceux de l'État islamique armé, etc., avec leur vision très rigoriste du Coran, aspirent ouvertement à vouloir imposer leur religion avec la loi de la charia basée strictement sur les versets du Coran. Raif Badawi condamné aux 1000 coups de fouet, c'est un exemple de la charia appliquée, de même que des mains coupées pour des vols insignifiants.
Jean-Marie Pitre, Bonaventure