Et les soins palliatifs?

Le projet de loi fédéral sur l'aide médicale à mourir est, dit-on, presqu'un calque de la loi québécoise sur les soins de fin de vie, bien que plus vaste, allant jusqu'à instituer un « service » de suicide assisté. Eh bien, il existe une autre différence monstre entre les deux : au fédéral, aucune mention des soins palliatifs, alors qu'au provincial, la loi fait des soins palliatifs un droit.
La loi fédérale passe complètement sous silence ce soin de fin de vie capital que sont les soins palliatifs. Il sera extrêmement dangereux d'instituer la mort induite en n'instituant pas avant, ou à tout le moins en même temps, un droit canadien aux soins palliatifs, conformément à un tel droit proclamé par les Nations Unies et l'Organisation mondiale de la santé, à la suite desquels le sort des soins palliatifs ne s'est guerre amélioré (seulement un Canadien sur quatre y a accès). Aurons-nous le seul choix que de demander d'être mis à mort en l'absence de soins palliatifs, dont la sédation palliative, qui rend l'aide médicale à mourir tout à fait non nécessaire?
Ward O'Connor, Montcerf-Lytton