Eric Lapointe et sa vision anamorphique du hockey

Savoir dépasser la représentation figurative de la réalité pour surprendre le spectateur et l’inviter à une aventure visuelle débordante de surprises. «Briser la glace» du sculpteur Éric Lapointe traduit cet objectif.

Une sculpture anamorphique ou déformée visant à explorer les dimensions déroutantes de l’illusion, de défigurer, en quelque sorte, l’image et surtout d’ouvrir sur des perspectives visuelles illimitées. Un art d’interprétation riche en nuances. Un savoir lire avec vive observation qui impose un regarder attentif et profond des choses, des personnes et des événements surpassant un voir vague, distrait , pressé. «Jean Béliveau», imposant, artiste de la rondelle, rapide, puissant,habitant à jamais nos mémoires. Le sculpteur a saisi la quintessence de ce héros. Jeux de lumière illimités, harmonie des formes. Les images sont prometteuses. On attend avec grande anticipation l’installation de l’oeuvre. Il y en aura d’autres actualisées avec autant de virtuosité. Le hockey plus que jamais une religion dont Gary Bettman devrait enfin saisir toute la portée.

Douglas Beauchamp

Québec