Entre l'ombre et la lumière

Voici ce qu'écrivait Michel Rivard dans la chanson L'oubli en hommage au cinéaste Claude Jutra : «Il avait aimé une femme, mais c'était il y a bien longtemps. Plutôt que d'y laisser son âme, il avait viré comme le vent. Maintenant des garçons de passage, lui dérobaient des bouts de sa vie. Il dessinait leur doux visage, eux repartaient sans dire merci.»
Les évènements de la semaine nous ont démontré que l'art transfigure souvent la réalité mais aussi que la réalité défigure souvent l'art. On reste là, le coeur désarmé entre des actes sombres et une oeuvre lumineuse...
Jacques Nicole
Québec