Enfin l'opposition se fait entendre!

En réaction à l'article «Déménagement du Marché du Vieux-Port: des commerçants en colère» paru le 12 décembre
Si la Ville de Québec veut continuer d'être une destination prisée des touristes qui nous amènent des retombées économiques, elle doit leur offrir un marché public digne de ce nom dans l'arrondissement central, un point c'est tout.
En 2016, les marchés publics sont des attractions au même titre que les musées et devraient être considérés comme des institutions culturelles. On pourrait s'inspirer de villes européennes, comme Lisbonne, Barcelone, Rome, pour créer de vraies halles gourmandes, présenter des spectacles ou autres activités. 
Le besoin de rentabiliser ExpoCité et d'offrir des services à la population du secteur est légitime. Cependant, il ne doit pas se faire au détriment de la vitrine de prestige que nos agriculteurs, acériculteurs, pêcheurs et producteurs ont dans le Vieux-Port et des retombées sur les produits locaux, la restauration et l'image de Québec aux yeux des touristes si chère ($$$) au maire Régis Labeaume. Les touristes n'iront jamais à ExpoCité et moi, qui suis citoyenne de l'arrondissement de Sainte-Foy, n'irai pas non plus, car aller dans le Vieux-Port m'amène dans un quartier de la ville qui offre aussi une foule d'autres attractions culturelles.
Cela n'empêche pas d'avoir un marché à ExpoCité, mais encore là pourquoi ne pas s'inspirer de l'Europe ou des États-Unis où les marchés se tiennent une journée ou une demi-journée dans chaque quartier? Ils seraient assurément moins coûteux pour les commerçants. Il en va de même pour le marché de Sainte-Foy, qui n'a probablement pas l'achalandage justifié pour être ouvert tous les jours de la semaine et donc n'a pas une offre aussi variée que les farmers markets, qui prolifèrent dans les grandes villes américaines.
Paule Methe, Québec