En vous remerciant pour tout, M. Lavoie

C’est avec une certaine déception que j’ai appris dans ces pages le départ imminent de Gilbert Lavoie.

En effet, j’aimais bien vous lire, malgré quelques divergences d’opinions, toutes petites. Tellement que je me consolais à l’idée de m’incliner devant la sagesse de vos écrits, qui se reflétait chez vos sous-fifres. On dit que le timing parfait n’existe pas. 

Or, au moment où la droite remue la planète en y brandissant le spectre de l’extrémisme, doublé de promesses de jours meilleurs (sic!), vos adieux à votre travail tombent plutôt mal. En complément à une gauche plus indignée que jamais (avec raison) par ces idées ultraconservatrices, un avis paisible n’est pas de trop, surtout quand les couteaux du mépris polarisé volent bas. Vous avez su y ajouter votre grain de sel, de par vos propos somme toute pondérés, qui s’envoleront avec vous vers une autre voie… celle de Gilbert Lavoie, chroniqueur averti à nul autre pareil. Vos connaissances politiques nous manqueront beaucoup, surtout en ces jours troubles où on a besoin d’un scribe pacificateur comme vous, pour venir, comme le disait Dessuret, «soulager nos douleurs et calmer nos passions». Sur ce, M. Lavoie, je vous dis merci, au revoir et… 

-- 30 --!

Luc J. Vigneault, Québec

***

LE CATHOLICISME, SEULE RELIGION VALIDE AU QUÉBEC?

Croyez-vous encore à la laïcité de notre gouvernement? La position ferme de François Legault sur le maintien du crucifix dans les lieux de pouvoir est éloquente. Seule la religion catholique, celle de la majorité, est respectée au Québec dorénavant. Une enseignante ayant un foulard sur la tête se fera indiquer la porte de sortie et perdra son emploi alors qu’une autre pourra installer un crucifix dans sa classe à titre d’article patrimonial. La clause dérogatoire niant dorénavant le droit fondamental des minorités religieuses du Québec sera votée par un groupe de sympathisants au catholicisme avec un magnifique crucifix trônant fièrement au-dessus de leur tête. La religion catholique coûte une fortune aux contribuables qui ne pratiquent pas, mais qui ont suffisamment de sympathie pour ne pas en faire un enjeu. Le maintien des lieux de culte, les assemblées de croyants pour participer à des rites ou se faire prêcher les vertus de chaque religion comme étant la seule valide sont placées au même rang que des œuvres de charité, ouvrant le droit à des exemptions fiscales importantes. Gageons que notre gouvernement «laïque» ne s’attaquera pas à cela, car la majorité qu’il flatte y verrait une attaque directe à leur religion patrimoniale historique. 

Jeannot Vachon, Québec

***

PETITE HISTOIRE D'UN MÉPRIS

Le 15 novembre 2012, à la suite de la consultation de plus de 1000 citoyens, le Conseil du Quartier Saint-Louis recommandait une hauteur maximale de 48 mètres (13 étages) pour le terrain de l’ancienne Auberge des Gouverneurs à Sainte-Foy. Ce nouveau maximum tenait compte des hauteurs des immeubles voisins variant de trois à cinq étages. C’était donc une augmentation de 30 % comparativement à l’ancienne norme maximale de dix étages.

La secte Labeaume méprisa l’ensemble des citoyens de Sainte-Foy en décrétant une norme maximale de 29 étages. Les Conseils de Quartier que l’on utilise souvent comme faire valoir sont en fait des organismes bidons, non représentatifs des vraies préoccupations citoyennes. En voici maintenant une triste démonstration.

Le 11 février 2015, le Conseil du Quartier Saint-Louis a adopté une résolution à l’effet d’accepter maintenant ce maximum de 29 étages. Il n’y a eu aucune consultation additionnelle sur le sujet; ils n’ont consulté que leurs propres nombrils, faisant état du même genre de mépris envers les citoyens de Sainte-Foy.

Après l’annonce du projet «Le Phare», je me demandais ce que la population du secteur en pensait vraiment. Au moyen d’une consultation postale (un registre consultatif), j’ai été capable de savoir ce que les gens du secteur en pensaient véritablement.

79 % des répondants désapprouvaient le projet; un détail important a aussi été que 86 % des gens voulaient conserver leur droit aux référendums décisionnels. Quoi de plus normal lorsque l’on s’apprête à bouleverser la qualité de vie du secteur.

La secte Labeaume, ne reculant devant rien, a demandé et obtenu de nos parle-menteurs de l’Assemblée nationale d’éliminer ce droit tout en faisant semblant de consulter la population, bien entendu. Nous sommes maintenant rendus à la conclusion de ce dossier.

Malgré avoir consenti une augmentation de 30 % des hauteurs maximales, les citoyens se verront imposés une augmentation finale de 400 % par rapport à leur recommandation de 2012. Quel mépris; toutefois le mépris n’aura qu’un temps...

Henry Jenkins, Québec