Selon les auteurs de l'étude, il ne suffit pas de s'assurer que la population est en mesure de se nourrir, mais il faut aussi vérifier qu'elle a accès à des aliments de qualité.

En calculant bien...

L'actuelle baisse des produits pétroliers laisse plusieurs personnes sceptiques à savoir s'ils en profitent lors de l'achat de biens.
La solution est raisonnablement simple en fait. Les transports sont quand même assez efficaces, et la hausse des prix des dernières années a permis de l'améliorer encore. Même au plus haut prix du diesel atteint en 2008 (1,55$), il faut moins de 2,5 cents de carburant pour faire parcourir 1000 km à un kilo de nourriture par exemple -en incluant même un voyage à vide. Donc, faire venir des fruits du Mexique (4000 km) aujourd'hui à 25 cents le litre de moins qu'il y a un an ne correspond qu'à un gain de 1,5 cents du kilo. Comme les prix varient plus fortement que cela de semaine en semaine, il est délicat de dire si on en profite ou non...
Carl-Stéphane Huot
Québec